Ce sont les parents qui choisissent le ou les prénoms de leur enfant et qui l’indiquent lors de la déclaration de naissance.

Cependant, si l’officier d’état civil chargé de l’enregistrement estime que le ou les prénoms paraissent contraire à l’intérêt de l’enfant, il en avise sans délai le procureur de la République qui peut ensuite saisir le juge aux affaires familiales. Ce dernier décidera si le prénom choisi porte effectivement atteinte à l’intérêt de l’enfant. Et, si c’est le cas, il pourra décider de le supprimer.

 

Parmi les cas les plus connus de prénoms refusés, il possible de citer les jumeaux Babord et Tribord, Titeuf ou Nutella.

 

Il n’est donc pas possible de donner n’importe quel prénom à son enfant.