En principe, non, car la présomption d’innocence empêche le juge de condamner une personne lorsqu’il a un doute à propos de sa culpabilité. En effet, la présomption d’innocence interdit de présenter une personne comme coupable avant d’avoir été jugée comme tel par une juridiction. Dans le prolongement de cette idée, le juge doit s’abstenir de condamner une personne lorsqu’il n’a pas suffisamment de preuves de sa culpabilité. Autrement dit, si le juge a un doute quant à la culpabilité d’une personne, il ne doit pas la condamner. C’est la raison pour laquelle on dit que « le doute profite à l’accusé ».