Oui, c’est une atteinte à sa présomption d’innocence. Car l’un des effets de la présomption d’innocence consiste à limiter la liberté d’expression. Ainsi, elle interdit de présenter quelqu’un comme coupable dans la presse, avant qu’elle n’ait été jugée comme tel. Si cette interdiction n’est pas respectée, alors il est possible de demander une rectification publique.