Un mariage forcé est un mariage conclu sans l’accord d’un des deux mariés, généralement de la jeune fille.

Or, « il n’y a pas de mariage lorsqu’il n’y a point de consentement » (article 146 du code civil). Dès lors, un mariage forcé, même contracté à l’étranger, n’est pas valide en France et il peut même être annulé.

De plus, selon l’article 222-14-4 du Code pénal, « le fait, dans le but de contraindre une personne à contracter un mariage ou à conclure une union à l’étranger, d’user à son égard de manœuvres dolosives afin de la déterminer à quitter le territoire de la République est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende ». Ainsi, les personnes qui participent à la mise en œuvre d’un mariage forcé peuvent être condamnés à trois ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.