La Convention des Droits de l’Enfant,  en date du 20 novembre 1989, a pour objectif de protéger les droits de tous les enfants dans le monde.

Elle définit de manière précise le terme « enfant »  comme étant « Tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte en vertu de la législation qui lui est applicable ».

La CIDE est le premier texte international juridiquement contraignant de protection des Droits de l’Enfant. Elle consacre une force obligatoire à l’ensemble des droits qu’elle énonce.

Les Etats qui ont ratifié la Convention, comme la France, ont l’obligation de respecter et de faire respecter, tous les droits qu’elle consacre au nom des enfants.

Il s’agit du texte international le plus complet qui existe en matière de protection des droits de l’enfant.

La Convention contient 54 articles qui consacrent l’ensemble des droits civils et politiques des enfants, ainsi que tous leurs droits économiques, sociaux, culturels.

Elle prévoit également la protection et la promotion des droits des enfants handicapés, des enfants issus des minorités et des enfants réfugiés.

Cette Convention consacre 4 principes qui doivent subordonner la mise en œuvre de l’ensemble des droits qu’elle prévoit :

  • L’intérêt supérieur de l’enfant
  • La non-discrimination
  • Le respect de l’opinion de l’enfant
  • Le droit à la vie, à la survie et au développement

La Convention prévoit que sa mise en œuvre est contrôlée par un comité d’experts. Il s’agit du Comité des Droits de l’Enfant qui surveille que l’ensemble des Etats parties, respectent la Convention.

L’intérêt de l’enfant n’est plus seulement apprécié du point de vue des adultes mais du point de vue même de l’enfant. La Convention met en avant le fait que le bien-être de l’enfant ne peut être réalisé sans l’implication de l’enfant concerné.