Non, on ne peut pas accueillir n’importe quel animal chez soi. En dehors des espèces qu’on adopte couramment (chiens, chats…), il existe des nouveaux animaux de compagnie (NAC) dont le régime varie selon qu’ils sont domestiques ou non. Il faut consulter la liste des animaux autorisés par la préfecture.

Pour les nouveaux animaux de compagnie domestiques, la démarche est simple : aucune démarche, aucune autorisation officielle n’est nécessaire. On y va, donc, pour le cochon d’inde, le porc, le lapin, le poisson rouge, le furet, le chinchilla, certains putois… Oui, même le putois !

Quant aux nouveaux animaux de compagnie non domestiques ou sauvages, il faut faire des distinctions : lorsqu’ils appartiennent à des espèces protégées (le hérisson ou le campagnol par exemple), leur adoption est catégoriquement interdite. Il en va de même pour s’ils appartiennent des espèces dangereuses (comme les mygales, les scorpions ou les crocodiles), ou des espèces invasives, nuisibles pour l’environnement. Dans tous les autres cas (hermine, belette, chien de prairie, loutre, colombe, perruche, moineau, etc.), l’adoption est possible mais il faut obtenir une autorisation préfectorale sous peine de sanction.

La demande est adressée au préfet du département du lieu de détention de l’animal par lettre recommandée avec avis de réception sur la base du formulaire cerfa n°12447*01. La détention d’un animal sans autorisation lorsqu’elle est requise est punie d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 15000 euros.