Au lycée, je suis régulièrement victime de racket, on me rackette des joints et de l’argent. Ma plainte peut-être être reçue, sans tenir compte de ma consommation d’herbe ?

Non, ta plainte ne peut pas être reçue sans tenir compte de ta consommation d’herbe. On dit que « nul ne peut invoquer sa propre turpitude », c’est-à-dire que lorsqu’on commet une faute on ne peut pas s’en plaindre.

Or, la consommation de cannabis est une infraction dont la peine peut aller jusqu’à un an d’emprisonnement et 3750 euros d’amende (article L.3421-1 du code de la santé publique).

Tu peux porter plainte contre le racket d’agent. La plainte peut être déposée soit au Commissariat de Police (ou à la brigade de la Gendarmerie), soit en écrivant au Procureur de la République (Tribunal de Grande Instance de ta ville). Si tu es mineur, tu dois être accompagné de ton père, de ta mère ou de ton représentant légal.

Le racket est puni par la loi : la peine peut aller jusqu’à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende (article L.312-1 du code pénal).

Si tu es victime de racket, il ne faut pas hésiter à en parler : tu peux appeler un numéro gratuit, Jeunes Violences Ecoute au 0 808 807 700 ou consulter le site internet www.jeunesviolencesecoute.fr

Si le Procureur prend connaissance de ta consommation d’herbe, tu peux lui demander qu’il prononce à ton égard une injonction thérapeutique, qui signifie que tu es placé sous surveillance médicale, donc que tu t’engages à ne plus fumer de cannabis.